Sur les rêveries des tradis

L’abbé Olivier Rioult vient de commettre une très bonne conférence (malgré quelques imperfections de forme, notamment un plan pas bien clair) sur le sujet « les fausses notions sur le Christ Roi ».

En réalité, le sujet qu’il expose est plus vaste que la royauté sociale du Christ : il s’agit de mettre en garde les catholiques, spécialement les traditionalistes (mais non exclusivement car il existe de manière plus anecdotique des ralliés et même des conciliaires « conservateurs » qui tombent dans ces mêmes écueils que l’abbé dénonce) contre toutes les rêveries, souvent basées sur des « révélations privées » ou des apparitions avec leurs pseudo-secrets, qui circulent dans les milieux catholiques.

Je partage avec l’abbé Rioult une vision résolument pessimiste de l’Histoire, voire même une vision humainement désespérée de notre époque et de l’avenir. Comme lui, je suis persuadée que l’avenir sera de plus en plus sombre, que tout ira de mal en pis, pendant Dieu seul combien d’années ou de décennies, jusqu’à l’arrivée de l’antéchrist et la disparition de toute catholicité : alors ce sera la fin du monde.

Les Catholiques optimistes se bercent d’illusions, que dénonce l’abbé Rioult. En effet, que n’entendons-nous pas dans nos milieux ? On a l’embarras du choix, entre ceux qui par un chauvinisme surnaturalisé sont persuadés que Dieu a promis une protection spéciale à la France, et n’hésitera pas à faire des miracles éclatants pour la sauver (« grand monarque et saint pape », etc.), ceux qui croient que l’Eglise connaîtra un temps de gloire comme au 13ème siècle, avec une conversion générale, ceux qui pensent que la patience de Dieu est à bout au vu de la grande apostasie et qu’Il va nous envoyer des châtiments, et qu’ensuite viendra un âge d’or pour la Foi, etc. etc.

Toutes ces croyances sont sans fondement ni dans l’Ecriture, ni dans la Tradition. Elles ne sont basées que sur quelques visions ou révélations privées de mystiques, et comme telles sont sans valeur informative ou prédictive. Pire, elles sont non seulement contredites par la logique et l’expérience (qu’on regarde comment Dieu a traité les peuples apostats dans l’Ancien Testament) mais surtout contredites par l’Apocalypse de St Jean, comme le rappelle l’abbé Rioult.

Constatant la mort de la civilisation chrétienne, remplacée par une barbarie effective, voyant la dissolution de la France et la disparition lente et organisée de l’Eglise, les Catholiques ont trouvé ce moyen de défense psychologique, comme un mécanisme de survie, qui les préserve du désespoir :

  • Face à la disparition inévitable de la France sous les coups du mondialisme et de l’invasion immigrée, ils ont inventé le « grand monarque ».
  • Face à la disparition de l’autorité pontificale du fait de l’apostasie des papes après Pie XII, ils ont inventé « le saint pape ». Les plus atteints ont même fabriqué une histoire d’un Paul VI survivant – et plus que centenaire – qui serait caché quelque-part en attendant de revenir sur le Trône de St Pierre.

Une question qui aurait pu être intéressante en d’autres temps est : est-il moralement permis de  vivre dans le mensonge en s’aveuglant soi-même et en se racontant des contes de fées, à seule fin d’éviter ledit désespoir ?

Je n’aurai certes pas la prétention de résoudre ce problème moral, chacun faisant comme il peut (je vois mal comment après nous avoir plongé dans cet enfer sur terre qu’est notre époque, Dieu pourrait en justice exiger davantage de nous ?)

Lien alternatif : le fichier audio de la conférence peut être téléchargé ici : http://www.lasapiniere.info/archives/2880

Publicités
Cet article, publié dans Doctrine, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.