Lettre ouverte d’un prêtre conciliaire

à ses « frères prêtres », concernant l’exhortation de Bergoglio.

Le document vient d’être publié sur le site « The Remnant ». Le prêtre conciliaire en question, est un prêtre d’une paroisse américaine.

Le texte original est ici. Et voici ma traduction (mes commentaires sont entre crochets en bleu). J’ai conservé l’emploi un peu bizarre des majuscules du texte originel.

L’auteur emploie jusqu’à quatre fois le mot « rogue », que j’ai traduit par « fripouille ». Un ami traducteur professionnel me dit qu’il aurait mieux valu traduire par « voyou ». Je laisse le lecteur apprécier et choisir.

*****

Chers Frères Prêtres,

L’Evangile traditionnel de la Sainte Messe du deuxième dimanche après Pâques est celui du Bon Pasteur :


En ce temps-là, Jésus dit aux pharisiens :  » Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. Le mercenaire, celui qui n’est pas pasteur, à qui les brebis n’appartiennent pas, voit venir le loup,  abandonne les brebis et s’enfuit ; et le loup emporte et disperse les brebis. Le mercenaire s’enfuit parce qu’il est mercenaire et qu’il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon pasteur et je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme mon Père me connaît et que je connais mon Père. Et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas dette bergerie; celles-là aussi il faut que je les conduise, et elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

A l’heure qu’il est, il devrait être très clair pour tous, sauf les invincibles ignorants ou les gens désespérément obtus, que la fripouille qui fait actuellement office de pape parle et agit davantage comme un vicaire d’un antéchrist que comme un successeur de Saint Pierre. Pour parler franchement, le troupeau du Christ est en train d’être ravagé par un loup plutôt que protégé par un berger. La récente exhortation papale n’est que le dernier exemple dans une longue litanie d’outrages papaux contre la vérité et la piété [ou sainteté]. Depuis trois insupportables années, l’évêque François de Rome a fourni assez de corde pour se faire pendre, ne laissant aucun doute parmi le reste des fidèles que nous avons un pape terriblement dévoyé « à la ramasse » [jeu de mots intraduisible, l’original porte :  we have a terribly rogue Pope on a Rope.]

Aussi Le Dernier Mot [il s’agit du nom du petit bulletin que ce prêtre publie régulièrement] en ce moment critique doit absolument être un Mot d’Exhortation à mes frères prêtres : S’IL VOUS PLAÎT de laissez pas ce pape fripouille égarer les âmes confiées par la divine providence à votre protection personnelle. Nous ne pouvons pas nous attendre – bien que nous en ayons tous les droits  – à ce que les Successeurs des Apôtres, les évêques, exercent leur autorité et la grâce de leur office pour s’opposer publiquement à cette fripouille et à ses abominations. Hormis de rares exceptions, ils sont pour la plupart soit complices par une volonté pervertie de malice soit complaisants par une volonté malade de faiblesse.

Au lieu de cela, il incombe à des prêtres de plus en plus marginalisés ou déjà ostracisés, de protéger les âmes que Dieu nous a confiées, que ce soit dans les paroisses, dans les salles de classe [peut-être fait-il allusion au cathéchisme ? je ne sais pas], dans les confessionnaux ou dans quelque forme d’exil. [par le terme exil, on voit grâce au paragraphe suivant que ce prêtre diocésain fait allusion aux prêtres traditionnels de tout bord, qui sont dans des associations comme FSSP, Christ-Roi, FSSPX, etc. etc.] Les circonstances varient et nous devons agir conformément à elles, mais enfin nous devons agir.

Certains prêtres sont en position d’agir ouvertement en jouissant d’une impunité personnelle, comme les clercs de la FSSPX. Bravo, et continuez ce bon travail ! Nous ne pouvons que prier pour qu’aucune régularisation que pourrait envisager votre Société ne mette en danger en aucune manière votre liberté religieuse ou compromette votre intégrité traditionnelle.

Pour beaucoup d’autres prêtres dans les tranchées soumis à des évêques qui les bafouent, nous ferons bien de nous en tenir à l’exhortation de notre Seigneur : « Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme des serpents et simples comme des colombes. »  Saint Edmond Campion (*), prêtre et martyr anglais qui devait souvent exercer son ministère et témoigner en secret, serait un bon saint patron et intercesseur pour nous.

Le reste des fidèles crie pour avoir des bergers; mes frères, protégeons nos troupeaux de ces loups ravisseurs !

Et si nous sommes persécutés par nos supérieurs religieux pour avoir dit la vérité, alors comme les Apôtres qui étaient persécutés par le sanhédrin nous pouvons nous réjouir d’avoir souffert le reproche pour le Nom de Jésus. Comme le disait Saint Pierre, un véritable Vicaire du Christ, « Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » – ceci incluant un pape !

2015-05-07-niles-e


(*) sur le Bienheureux Edmond Campion :

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/204/Saint-Edmond-Campion.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Edmond_Campion

http://www.newadvent.org/cathen/05293c.htm

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, Ennemis de Dieu, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.