Prions pour les prêtres…et pour nous ! (2)

Suite de mon premier article, qu’on peut lire ici.


Examinons donc les réponses qui vont être données à l’effondrement de l’Eglise conciliaire, si la doctrine sur la morale catholique est profondément modifiée lors du prochain synode.

Premièrement, l’hypothèse ralliée d’un gentil-pape-opprimé-par-un-méchant-entourage va s’écrouler sous les coups de boutoir de ce dernier avatar du modernisme, l’ineffable Bergoglio. Cette thèse était d’avance condamnée, parce qu’elle viole outrageusement la raison depuis le commencement. Elle ne tient dans les esprits de ses défenseurs que grâce à des contorsions mentales invraisemblables, une espèce de schizophrénie permanente, qui un jour prochain va se briser, finalement, contre le réel. Les ralliés qui auront survécu au choc cérébral 🙂 devront alors rejoindre le camp des modernistes néo-catholiques, ou celui des Catholiques de l’une des deux autres thèses. Ce n’est qu’une question de temps, vidons ipso facto ce point  sans intérêt.

Reste donc à examiner la situation actuelle, et celle – décrite apocalyptiquement par ces deux prêtres – qui se présentera à nous dans un avenir proche, sous l’angle de chacune des deux thèses réalistes restantes : le pape est pape, ou il ne l’est pas.

1) Le blog la Question soutient mordicus l’existence possible d’un pape hérétique dans cet article. Malheureusement, ce blog est peu fiable du fait de l’animosité maladive qu’il témoigne aux sédévacantistes; il va jusqu’à taxer le sédévacantisme de péché mortel, ce qui est absurde et provoque l’hilarité des gens quelque peu instruits et intelligents…puis leur mépris. Cependant, si on veut bien faire abstraction de cette haine quasi pathologique, on trouvera des arguments intéressants dans l’article.

2) De l’autre bord, les sédévacantistes contestent avec vigueur cette possibilité, par exemple par cet écrit sur le pape Honorius, ou encore dans cet article, où le blog Catholicapedia, qui ne brille certes pas par sa modération, renvoie l’ascenseur à La Question. Ces deux-là se haïssent, ce qui rend pénible la lecture de leurs discussions …mais passons. Dans l’article du Catholicapedia, on trouvera également de nombreuses citations à l’appui de la thèse sédévacantiste.

****

Comme je l’ai dit à de multiples reprises, je refuse en mon âme et conscience, de prendre position pour l’une ou l’autre de ces thèses, parce que je n’en ai tout simplement pas les moyens. Intellectuellement parlant, la thèse sédévacantiste a pour moi l’avantage, mais pour ce qui est de la Foi, nous n’avons aucune preuve ni dans un sens, ni dans l’autre.

Toujours est-il qu’un naufrage complet de l’Eglise conciliaire mettrait un terme, du moins je l’espère, aux divisions. Nul doute que des factions d’excités telles que La Question et le Catholicapedia continueraient à se chicaner dans une ambiance de cour de récré (« tu vois bien, c’est moi qui avait raison depuis le début ! »), mais enfin, devant l’apostasie avérée de ce qui se prétend l’Eglise, il faudrait bien, in fine, conclure que cette Eglise n’est pas l’Eglise du Christ.

C’est là que les deux prêtres cités dans mon précédent article font un bien cruel naufrage, car enfin, tout cela n’a-t-il pas été annoncé, par Notre-Seigneur lui-même lorsqu’Il était présent sur terre dans son Corps de chair ?

Entre autres, par ces paroles :

« Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, il est là, ne le croyez point.
Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes, et ils feront des signes et des prodiges, jusqu’à séduire, s’il se pouvait, les élus mêmes.
Pour vous, prenez garde ! Voyez, je vous ai tout annoncé d’avance. »

Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 13.

St Michel pesant les âmes. Tryptique du Jugement Dernier, Van der Weyden.

St Michel pesant les âmes. Tryptique du Jugement Dernier, Van der Weyden.

Avons-nous affaire à des distraits, ou à des naïfs qui penseraient que ces temps-là annoncés ne sont pas notre lot ? Wake up ! Réveillez-vous, Messieurs les Abbés…Abandonner votre ministère, alors que c’est à ce moment même, si ces choses arrivent, qu’il sera le plus fructueux, le plus glorieux à Dieu, et le plus sanctifiant pour vous !

Nombreux sont ceux, laïques et consacrés, qui refusent de voir les choses en face, parce qu’elles sont trop douloureuses à affronter…Mais enfin, il va bien falloir avoir ce premier courage ! Ce n’est pas en fuyant la mort qu’on s’y prépare, comme je l’écrivais – suivant en cela l’enseignement de St Thomas More – dans mon dernier article. De même, ce n’est pas en niant le caractère eschatologique des temps que nous pourrons espérer recevoir du Ciel la grâce de la persévérance, qui est LA grâce à demander avant tout autre de nos jours !

Tout s’écroule. Dieu sauvera l’Eglise par une voie miraculeuse connue de lui Seul, ou bien Il ne la sauvera pas et Il viendra juger le monde : Lui seul le sait, c’est son affaire. Notre rôle, notre SEUL rôle, est de tenir bon et de garder la Foi :

« C’est bien, serviteur bon et fidèle : parce que tu as été fidèle en peu de chosesje t’établirai sur beaucoup. Entre dans la joie de ton maître !« 

Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 25

Vous voyez donc bien que quoi qu’il arrive, quelque calamité (supplémentaire) qui s’abatte sur nous dans les mois à venir, il n’en faut concevoir nul désespoir quant au salut de notre âme. Tout concourt au bien de ceux que Dieu aime, et de ceux qui aiment Dieu, ce qui est la même chose. Faisons notre devoir, sanctifions-nous et sanctifions les âmes dont nous avons la charge si tel est notre emploi  – c’est la seule chose nécessaire, et la seule sur laquelle Dieu nous demandera des comptes –

Que Dieu sauve l’Eglise et la France, si telle est sa volonté !

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.