Quand Bergoglio parle…

…on a aussitôt envie de lui tendre un rouleau de papier toilette.

Voici ce que rapporte de ce sinistre personnage le blog « le salon beige », qui évidemment s’esbaudit devant tant de beauté (pauvres gens !)

Les mises en gras sont du salon beige, j’ai ajouté de la couleur rouge sur les propos les plus immondes.

*****

Le pape François a répondu pendant 45 minutes aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion qui le menait du Sri Lanka aux Philippines. A propos de la liberté d’expression, il estime qu’il y a des limites :

« On ne peut pas cacher une vérité aujourd’hui : chacun a le droit de pratiquer sa religion, sans offenser, librement, et nous voulons tous faire ainsi.

Deuxièmement, on ne peut pas offenser, faire la guerre, tuer au nom de sa religion, c’est-à-dire au nom de Dieu.

Ce qui se passe maintenant nous surprend, mais pensons toujours à notre histoire : Combien de guerres de religion avons-nous connu ! Pensez seulement à la nuit de la saint Barthélémy ! Comment comprendre cela ? Nous aussi nous avons été pécheurs sur cela, mais on ne peut pas tuer au nom de Dieu, c’est une aberration. Tuer au nom de Dieu est une aberration. Je crois que c’est le principal, sur la liberté religieuse : on doit le faire avec la liberté, sans offenser, mais sans imposer ni tuer.

La liberté d’expression… Non seulement chacun a la liberté, le droit et aussi l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider le bien commun : l’obligation ! (1) Si nous pensons que ce que dit un député ou un sénateur – et pas seulement eux mais tant d’autres – n’est pas la bonne voie, qu’il ne collabore pas au bien commun, nous avons l’obligation de le dire ouvertement. Il faut avoir cette liberté, mais sans offenser. Car il est vrai qu’il ne faut pas réagir violemment, mais si M. Gasbarri (responsable du voyage, debout à ses côtés, ndlr) qui est un grand ami dit un gros mot sur ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing ! C’est normal…On ne peut pas provoquer, on ne peut pas insulter la foi des autres, on ne peut pas se moquer de la foi ! (…)

Il y a tant de gens qui parlent mal des religions, (2) qui s’en moquent, qui jouent avec la religion des autres. Ceux-là provoquent… et il peut se passer ce qui arriverait à M. Gasbarri s’il disait quelque chose contre ma mère. Il y a une limite ! Chaque religion a de la dignité, chaque religion qui respecte la vie humaine et l’homme, (3) et je ne peux pas me moquer d’elle… c’est une limite. J’ai pris exemple de la limite pour dire qu’en matière de liberté d’expression il y a des limites, comme pour l’histoire de ma mère. »

source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/01/on-ne-peut-pas-provoquer-on-ne-peut-pas-insulter-la-foi-des-autres-on-ne-peut-pas-se-moquer-de-la-foi.html

Notes de la Mésange :

(1) Non seulement cet apostat ment en disant qu’on a le droit moral de penser « ce qu’on veut », mais de surcroît il laisse entendre que ne pas dire ce qu’on pense (indépendemment de la vérité OBJECTIVE, extrinsèque de nos propos !) est un péché ! 

En clair, pour ce type, la conscience de chacun, même faussée, pécheresse, etc., a le devoir de s’exprimer, même au mépris de la vérité. Si ce n’est pas de la pire ordure excrétée par le subjectivisme et le relativisme triomphants, je me demande comment il faut appeler cela.

(2) Nul doute que le Bergoglio condamnerait par exemple St alphonse de Ligori, qui écrivait que l’islam était une « religion » dont même un chien ne voudrait pas.

(3) L’apostat ne se cache même plus : il avoue que le but de la religion et son principe est l’adoration de l’Homme (majuscule) et non l’adoration de Dieu. Ca a le mérite d’être clair.

Voilà, Bergoglio s’est encore lâché.

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, Ennemis de Dieu, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.