Le chat qui voulait etre un chien

Ou plutôt, c’est un chat qui veut rester chat, mais exige que la société cynophile l’accepte comme étant un chien.

Plus exactement, il veut que la société cynophile accepte le fait qu’il soit un chat, mais qu’elle lui donne les privilèges accordés aux seuls chiens.

En fait, il ne faut pas non plus que la société cynophile dise qu’il est un chat, mais elle ne doit pas non plus dire qu’il est un chien, parce qu’il a le droit d’être un chat, et que les chats ne sont pas inférieurs aux chiens : il ne faut pas discriminer les chats.

La société cynophile ne doit pas non plus dire que ces chats sont des chiens comme les autres, cela ne serait pas suffisant : elle doit accepter les chats en ne disant pas que ce sont des chats, mais pas non plus que ce sont des chiens.

En définitive, elle ne doit rien dire du tout, hormis reconnaître que les chats doivent être les vrais dirigeants et décider eux-memes de qui est un chien, qui est un chat, et qui n’est ni l’un ni l’autre. Sans parler de ceux qu’on ne doit pas stigmatiser et donc pas appeler « chiens » (ni « chats »), tout en leur donnant à la fois les droits des chiens et des chats.

Ensuite, la revendication sera étendue aux poissons et aux canaris.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez par exemple lire ceci :

http://fait-religieux.com/societe/modes-de-vie/2014/10/06/le-premier-congres-mondial-des-homosexuels-catholiques-s-ouvre-au-portugal

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.