François 1er « célèbre » des « mariages »

D’après un article lu sur Novus Ordo Watch

Le Bergoglio est dans les starting-blocks en vue de son magnifique « synode sur la famille » qui s’annonce assez grandiose, en octobre prochain.

L’apostat assis sur le trône de St Pierre vient en effet de « célébrer » en grandes pompes quelques « mariages » significatifs, en guise d’échauffement.

Parmi les vingt couples, l’un d’eux vivait en concubinage notoire depuis Dieu sait quand. On y trouve également une fille mère, et un homme et une femme qui ont réussi à faire déclarer nuls leurs précédents mariages (merci à la Rote)

Vin

Cette bande de bonnes-femmes (quelques-unes sont « d’occasion », comme on vient de le dire, mais en revanche toutes sont en blanc, sans vergogne, et qui plus est dans des robes souvent peu décentes) se sont donc dandinées au bras de leur futur mari (pour le moment, en attendant la prochaine « annulation » ?) pour recevoir la bénédiction du François 1er à St Pierre de Rome. Ni plus ni moins. Autant « y aller à fond », hein ?

Novus Ordo Watch s’interroge sur le nombre de sacrilèges parmi ces 20 mariages (dont peut-être certains sont invalides, d’ailleurs), étant donné qu’il est peu probable que les contractants se soient confessés et aient été absous AVANT de recevoir le sacrement.

Imagine-t-on que monsieur « qui suis-je pour juger ? » ait pu seulement désirer faire passer les « fiancés » sous les fourches caudines du tribunal de la pénitence ? Horreur !!! qui suis-je pour juger, hein ? Alors écouter leurs péchés, s’assurer qu’ils sont contrits et ont le ferme propos de vivre en état de grâce, et leur donner une pénitence (EN PLUS !) avant de les absoudre… non, mais faut pas pousser quand même !

Novus Ordo Watch cite à propos le Droit Canon de 1917, livre 3, canon 1066 :

Si un pécheur public ou quelqu’un soumis notoirement à la censure, refuse de se confesser ou de se réconcilier avec l’Eglise avant le mariage, le prêtre ne doit pas assister au mariage, excepté pour raisons graves, au sujet desquelles il doit, si possible, consulter l’Ordinaire (i.e. l’évêque du diocèse).

En effet, le prêtre qui assisterait en connaissance de cause (et recevrait les consentements) à un mariage sacrilège serait, au moins indirectement, complice du sacrilège.

Un scandale de plus donné à la face du monde entier par Bergoglio…Bientôt on n’arrivera plus à les compter.

 

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.