Des miettes aux pigeons

Extrait et traduit du blog « Call me Jorge »

 

 *****

Sixième Concile Oecuménique, Constantinople (680-681)

« Interdisez aux fidèles de toucher l’Hostie Sainte de leurs mains, menaçant les transgresseurs d’excommunication. »

Regardez vers la 8ème minute de cette vidéo…

Concile de Rouen (650)

« Ne mettez pas l’Eucharistie dans les mains d’un ou une laïque, mais seulement dans leur bouche. »

Concile de Saragosse (380)

« Quiconque ose continuer à recevoir la Sainte Communion dans les mains est excommunié. » Ceci fut confirmé par le synode de Tolède.

Pape St. Eutychian (275-283)

« Interdisez aux fidèles de prendre la Sainte Hostie dans leurs mains »

 

Pope St. Leo the Great (440-461)

Promulga énergiquement (et exigea l’obéissance des fidèles)  la pratique de recevoir la Sainte Communion sur la langue.

Concile de Trente (1545-1565)

« Le fait que seuls les prêtres donnent la Sainte Communion avec leurs mains consacrées est de Tradition Apostolique. »

St. Thomas d’Aquin (1225-1274) Somme Théologique, Volume III, Q. 82, Art. 3

« La dispensation du corps du Christ appartient au prêtre pour trois motifs.

1° Parce que, nous l’avons dit, c’est lui qui consacre en tenant la place du Christ. Or, c’est le
Christ lui-même, comme il a consacré son Corps à la Cène, qui l’a donné aux autres à manger. Donc, de même que la consécration du corps du Christ appartient au prêtre, de même c’est à lui qu’en appartient la dispensation.
2° Parce que le prêtre est établi intermédiaire entre Dieu et le peuple. Par conséquent, de
même que c’est à lui qu’il appartient d’offrir à Dieu les dons du peuple, de même c’est à lui
qu’il appartient de donner au peuple les dons sanctifiés par Dieu.
3° Parce que, par respect pour ce sacrement, il n’est touché par rien qui ne soit consacré: c’est pourquoi le corporal et le calice sont consacrés, et semblablement les mains du prêtre sont consacrées pour toucher ce sacrement. Aussi personne d’autre n’a le droit de le toucher, sinon en cas de nécessité, par exemple si le sacrement tombait à terre, ou dans un autre cas de nécessité. »

*****

EUH….Bergoglio pense certainement être en train de lancer des miettes aux pigeons…

Publicités
Cet article, publié dans Conciliaires, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.