Astana, Kézaco ? (3)

A ceux qui ne voudraient pas prendre le train en route, je signale que le premier volet de cet article est ici, et le deuxième ici.

Je commence à présent le 3ème et dernier.

Edit du 15 août : finalement, il y a un opus 4, qui consiste simplement en une vidéo…

*****

  • Pourquoi construire de toutes pièces, à partir de RIEN, une ville hyper moderne truffée d’occultisme, à coup de milliards de pétrodollars ?
  • Pourquoi cette ville a-t-elle été construite au Kazakhstan, qui ne semble pas situé idéalement d’un point de vue géographique (sans parler de son climat ultra-continental peu attractif) ?
  • Pourquoi Astana a-t-elle été choisie (et par qui ?) pour devenir le lieu du congrès triannuel de toutes les religions de la planète ?

Je ne prétends évidemment pas parvenir à répondre à ces questions. Les deux premières me laissent dans une ignorance totale, si bien que je vais me concentrer sur la troisième, au sujet de laquelle nous avons des éléments de réponse très probants, bien que forcément incomplets.

*

Ce qui saute aux yeux, c’est qu’Astana prétend être le symbole mondial de la religion globale syncrétique que veulent instaurer les « élites » de la très haute judéo-maçonnerie, que j’appelerai par commodité « illuminati« , faute d’un terme plus adéquat. Certains disent « gouvernement secret », d’autres « comité X » : ne chipotons pas, et acceptez mon terme d’illuminati pour ce qu’il vaut tout au long de cet article.

Je vais m’étendre un peu longuement sur le sujet de la religion mondiale qu’on nous promet, en espérant ne pas vous ennuyer.

1. La religion mondiale

Nous savons que les illuminati veulent asservir le monde sous un gouvernement unique (une dictature forcément), et soumettre la planète entière à une religion unique. Cette religion est appelée « noachide » par les initiés juifs, tandis que catholiques et mahométans savent qu’il s’agit en réalité de la « religion » de l’antéchrist. Le propos n’est pas ici de conjecturer si ces ennemis de Dieu et du genre humain vont réussir dans leur complot ou non, mais de tenter de comprendre comment ils avancent leurs pions pour atteindre leur but.

Concernant la religion noachide, je signale que le site Catholicapedia a colligé un ENORME dossier sur le sujet. C’est extrêmement intéressant et j’en recommande très vivement la lecture.

Dans le principe, pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit de fusionner en quelque sorte toutes les religions de la terre (hormis celle qui se dit « juive ») en une seule. Bien sûr, pour ce faire, il faut parvenir à gommer toutes les aspérités de chacune de ces religions, qui les pourraient rendre « noachidement incompatibles ». Par essence, la plupart des religions sont intolérantes (au sens vrai du terme) c’est à dire qu’elles pensent être LA seule vraie religion qui mène au salut. En conséquence, les autres religions sont fausses et chaque croyant a le devoir d’essayer de convertir les « infidèles » afin de les amener à adhérer à LA vraie religion et donc à sauver leur âme.

2. Les religions « noachido-compatibles »

Il y a quelques exceptions, cependant, à ce principe essentiel de toute religion : les pseudo-religions orientales, l’occultisme, et la religion prétendue « juive » née après Jésus-Christ. (1)

Les religions orientales n’en sont pas vraiment : elles ne prônent pas une relation entre Dieu et sa créature, et la plupart du temps n’ont même pas de dieu personnel, mais une espèce de panthéisme, voire de dissolution de la conscience dans « le grand tout ». La notion de salut semble leur être totalement étrangère, ainsi que la notion de mérite, de péché, etc. Il ne me paraît donc pas congru de parler de « religion » à leur sujet.

L’occultisme (diverses branches des sectes gnostiques, théosophie, satanisme, bazar new-age…) et la religion contemporaine dite « juive » ne se préoccupent nullement du salut des âmes et donc n’ont cure de convertir qui que ce soit. Le premier parce qu’il est d’essence sataniste et qu’enflant d’orgueil ses adeptes, ceux-ci se persuadent que la béatitude qui leur est réservée n’est pas pour le vulgaire et que celui-ci doit se contenter de pratiquer une religion « exotérique » (peu importe laquelle); la seconde parce qu’elle enseigne que ceux qui ne sont pas membres de sa secte par la descendance charnelle ne sont en réalité pas des êtres humains, qu’ils ne sont qu’une espèce un peu plus évoluée de bétail (lire le talmud si vous doutez de ce que j’écris).

D’ailleurs, un juif, Harold Wallace Rosenthal, a osé écrire : « La plupart des juifs ne veulent pas l’admettre, mais notre dieu est Lucifer. » (5)

Ces religions-là ne verront donc aucune objection à l’établissement d’une religion mondiale vouée à l’antéchrist. Les occultistes adorent déjà le diable sous divers noms, et quant aux « juifs », ils l’attendent et l’espèrent sous l’aspect de leur « messie » pour l’avènement duquel ils prient régulièrement.

3. Les religions « noachido-incompatibles »

– A la base, LA religion qui ne DEVAIT pas tolérer l’avènement d’une religion globale, était le Catholicisme. Cet obstacle a été totalement laminé par l’ennemi maçonnique lors du concile Vatican II, où la religion Catholique a été remplacée par une autre religion qui, tout en gardant quelques aspects extérieurs du véritable Catholicisme, ainsi que la plus grande part de son vocabulaire, n’a pratiquement plus aucun reste de Catholicisme en elle. 

La religion qui se fait actuellement appeler « catholique » me paraît donc être pour l’avenir le fer de lance de l’instauration du culte antéchristique mondial.

Cette religion « de substitution » est en fait déjà, sur des nombreux points, la religion noachide. Elle se caractérise par la soumission de ses adeptes (les « conciliaires ») aux « juifs » contemporains, et elle considère leur religion comme lui étant supérieure, ce qu’elle traduit souvent par l’expression « frères aînés », par des affirmations hérétiques selon lesquelles « l’Ancienne Alliance serait toujours valide », etc.

L’Eglise conciliaire, qui a usurpé la place de l’Eglise Catholique, est dirigée par des « papes » qui sont tous « juifs » par leur mère, depuis Jean XXIII jusqu’à François 1er, et faussement convertis au catholicisme (ce qu’on appelle des maranes, pour simplifier). Un exemple d’homme de l’Eglise conciliaire des plus significatifs était le « cardinal » J.M. Lustiger, qui avait fait semblant de se convertir à la religion catholique, mais était en réalité juif. Plus il avançait en âge, moins il s’en cachait. Il est d’ailleurs resté connu sous le sobriquet « Lustiger le grand rabbin de Paris ! ».

Pendant ce temps, les véritables Catholiques ont été dispersés un peu partout et réduits au silence par l’imposteur tout-puissant.

Tout ceci avait été annoncé par des illuminati portés au bavardage (soit par imprudence, soit parce qu’ils étaient persuadés de leur victoire) comme Albert Pike, pour n’en citer qu’un, mais de grande autorité.

Cela avait également été prophétisé dans plusieurs révélations privées, en particulier les apparitions de la Très Sainte Vierge à la Salette, en 1846.

Il est bien évident que dans l’état actuel des choses, avec une hiérarchie qui sous le nom de catholique n’est en fait qu’un ramassis de satanistes et de maçons, ce ne sont pas les quelques poignées de Catholiques fidèles « planqués » çà et là qui pourront enrayer le nouvel ordre mondial et sa religion antichristique.

– La seconde religion qui était susceptible d’offrir une résistance au NOM était l’islam. Bien qu’étant une création en grande partie juive, son livre de référence, le coran, ne manifeste pas une haine aussi profonde envers les « infidèles » que le talmud, loin s’en faut. Le mahométan est persuadé que sa religion est la vraie (normal, ça ne me choque pas, au contraire) et qu’il doit donc convertir les « infidèles ». Le juif, lui, les exploite ou les tue puisque ce ne sont « que des bêtes ». On saisit la « nuance » !

Cependant, appliquer des principes bons (=l’intolérance envers l’erreur) sur une base fausse (=croire que c’est l’islam qui est LA vraie religion) mène forcément à une catastrophe.

C’est ainsi que les mahométans se sont séparés en différentes sectes, ennemies les unes des autres. Par ailleurs, à l’intérieur de ces mêmes sectes, on peut encore distinguer plusieurs groupes : l’athée ou agnostique ou indifférent (je les mets dans le même sac), le « schizophrène », le fou-furieux sanguinaire.

L’athée/agnostique/indifférent peuple les banlieues des villes d’occident où il a émigré pour exercer ses prédations en toute impunité. Déshumanisé, s’exprimant dans un sabir qui l’identifie à un singe, il viole, saccage, pille, vend de la drogue…bref, il a adopté toutes les dépravations de la « société » post-civilisationnelle et post-catholique, sans en avoir pris un seul point positif. Chien crevé au fil de l’eau, il est parfaitement compatible avec le NOM et la religion globale.

Le « schizophrène » : c’est le mahométan dit « modéré ». Il se tient bien, a des principes moraux souvent assez proches de ceux du catholicisme, et n’essaie pas de zigouiller les « infidèles », ce qui est appréciable. Son problème est intellectuel : il refuse obstinément le principe de non-contradiction. Il déclarera et soutiendra mordicus que le coran est un livre saint qui n’enseigne pas le meurtre, ni le viol, etc. et que l’islam est une « religion de paix et d’amour » (sic). Il sera tout à fait impossible de lui prouver le contraire, même en lui mettant les textes sous les yeux : en permanente contradiction avec lui-même, il vit bien en prétendant suivre une doctrine qui est mauvaise de A à Z…intellectuellement, c’est un monstre, un paradoxe vivant. Ayant eu plusieurs ami(e)s de cette catégorie lorsque je vivais en Afrique, j’ai pu apprécier ces personnes tout en déplorant de tout mon coeur leur égarement dans cette fausse religion qui réellement met à mort l’intelligence. Humainement parlant, j’affirme avoir cent-mille fois plus de sympathie et d’atomes crochus avec un mahométan de cette catégorie qu’avec une larve apostate « conciliaire »  ou un « laïcard » ripoublicain bavant sa haine, dont les ancêtres égorgeaient les miens en 1793 et tannaient leur peau pour en faire des chausses…excusez du peu.
Soit dit en passant, si nous parvenons à obtenir la conversion de ce genre de mamométans, nous ferons une grande oeuvre devant Dieu.

Le fou-furieux sanguinaire : celui-là est une bête fauve qui n’a pas de problème intellectuel :  logique jusqu’au bout,  il applique le coran à la lettre. Il viole, décapite, égorge…pour plaire à son « dieu ». La seule façon de traiter avec lui est de l’occire avant qu’il ne le fasse.

Actuellement, l’unique portion des mahométans qui résiste à l’instauration du NOM est celle des « schizophrènes », mais comme ils ne sont pas plus organisés que les Catholiques traditionalistes, le résultat est également nul. La première catégorie de mahométans est d’avance acquise à l’antéchrist, c’est pourquoi les illuminati favorisent son entrée en masse dans les pays autrefois catholiques, ce qui constitue le « grand remplacement ». La troisième sert éminemment les plans des illuminati, en jetant sans cesse de l’huile sur le feu du « choc des civilisations ». C’est bien pour cela que les fous sanguinaires sont encouragés et subventionnés par les E.U. et Israël en sous-main, afin de mettre le globe en sang et par leurs carnages de provoquer une « réaction » des victimes qui permettra d’avancer vers le NOM. On l’a vu avec le pseudo attentat du 11 septembre, on le voit en ce moment avec le « califat » en Irak qui s’étend dans un bain de sang avec la complicité absolue de l’Europe et évidemment des E.U., et quelquechose me dit qu’on est loin d’avoir tout vu, hélas.(4)

4. Un mot sur le « culte du soleil »

Si Astana est consacrée au « soleil », comme cela ne fait guère de doute (revoir l’article précédent s’il vous en reste !), c’est très-certainement pour la simple raison que le soleil est, aussi bien dans la maçonnerie que dans le satanisme « officiel » et dans toutes les sectes occultistes qui en dépendent, le symbole de Satan. Il apparaît sous de nombreux noms (Lucifer, Horus, l’homme qui devient dieu…) mais c’est bien toujours lui.

Par exemple, le luciférien Rudolf Steiner, illuminé ayant créé la secte « anthroposophie », adorait le « christ-soleil », sachant que « l’entité » que Steiner appelle « christ » est en réalité Lucifer, ainsi que l’a montré, entre autres, Jean Vaquié dans sa petite étude sur cet homme.

J’emprunte le tableau suivant au site http://esaie.free.fr/

L’information reste à valider, mais d’après les recherches que j’ai faites sur le nombre 111 (en raison des 111 pyramides virtuelles élémentaires contenues dans la grande pyramide d’Astana), il semblerait que ce nombre représente le Soleil, dans la kabbale.

Pour ceux qui croiraient au hasard dans ce cas précis, je rappelle que si nous autres Catholiques accordons peu de valeur aux nombres, les illuminés occultistes de tout poil sont férus de gématrie, et leur culte superstitieux les persuade que le choix des nombres influe sur leur destin : on peut donc très raisonnablement penser que ce 111 est ENCORE de leur part une référence au soleil, alias leur dieu Lucifer.

5. Lien entre religion noachide, maçonnerie et Eglise conciliaire

Colonne tronquée...encore une "merveille" d'Astana

Colonne tronquée…encore une « merveille » d’Astana

Pourquoi donc truffer la ville destinée à accueilir le congrès mondial des religions de symboles maçonniques ? La réponse est fort simple : la maçonnerie est le vecteur principal de propagation de la religion antichristique !

Je vais simplement étayer ce propos par une suite de citations très diverses mais convergeant toutes vers le même point.

– Ce n’est pas d’une invention récente. Les « Constitutions » maçonniques de la Grande LOge d’Angleterre de 1738 stipulaient déjà que le maçon était « obligé par sa tenue d’observer la Loi morale en tant que véritable Noachide » et tenu d’adhérer à la Religion sur laquelle « tous les hommes sont d’accord ». (2)

– Le chevalier de Ramsay, haut initié maçon du XVIIIè siècle écrivait : « La Franc-Maçonnerie est bien la résurrection de la religion noachique, celle du Patriarche Noé, cette religion antérieure à tout dogme et qui permet de dépasser les différences et les oppositions de confessions ». (3)

– « La religion de l’humanité n’est autre que le Noachisme… Voilà la religion conservée par Israël pour être transmise aux gentils… Le noachide est bel et bien dans le giron de la seule église vraiment universelle, fidèle de cette religion comme le Juif en est le prêtre, chargé ne l’oubliez pas, d’enseigner à l’humanité la religion de ses laïques, comme il est tenu, en ce qui le concerne personnellement, de pratiquer celle de ses prêtres » (Lettres d’Elie Benamozegh citées par Aimé Pallière : Le Sanctuaire Inconnu, Paris, 1926)

– Le même Benamozegh déclarait crûment :  « La constitution d’une religion universelle est le but final du judaïsme (…). Le culte spécial d’Israël est la sauvegarde, le moyen de réalisation de la vraie religion universelle ou noachisme, pour employer le mot des Rabbins. » (in  Israël et l’Humanité, pp. 28-29, éd. Albin Michel 1980)

– Le « cardinal » Tauran, conciliaire envoyé par Ratzinger-Benoît XVI comme représentant de l’Eglise conciliaire au 3ème congrès des religions d’Astana, en 2009, déclara ceci : « Le Kazakhstan, au cours des dernières années, a développé une plate-forme spirituelle exclusive pour le dialogue interreligieux. La nécessité et l’importance de la réconciliation entre les différentes religions sont admises par de nombreuses personnalités religieuses, qui sont en train d’adopter des lignes directrices spécifiques pour atteindre cet objectif ».

Et qu’on ne s’y trompe pas : Tauran ne parle pas d’arrêter de se taper dessus entre croyants (comme les « juifs » de Gaza massacrant les mahométans, ou les mahométans massacrant les Chrétiens), mais bien de préparer la religion noachide du futur gouvernement mondial.

– Dans son discours de Noël 2005, Ratzinger-Benoît XVI annonçait clairement la couleur, en appelant de ses voeux : « l’édification d’un nouvel ordre mondial, fondé sur de justes relations éthiques et économiques. Que son amour (du Christ) guide les peuples et éclaire leur conscience commune d’être une «famille» appelée à construire des relations de confiance et de soutien mutuel. L’humanité unie pourra affronter les problèmes nombreux et préoccupants du moment présent: de la menace terroriste aux conditions d’humiliante pauvreté dans laquelle vivent des millions d’êtres humains, de la prolifération des armes aux pandémies et à la dégradation de l’environnement qui menace l’avenir de la planète. »

De cet immonde gloubi-boulga, ressortent très nettement les thèmes chers aux lucifériens : le monde-village, l’humanité-famille (négation des différences et réduction de chaque nation à un troupeau de bétail réduit en esclavage), la « menace-terroriste » , puissant moyen de mise en oeuvre de l’esclavage du NOM, que j’ai évoquée plus haut dans cet article, l’écologie ou plutôt l’écolâtrie, culte de la déesse Mère Gaïa/Demeter, qui consiste à substituer à l’adoration du Dieu Trine celle de la Terre, en sacrifiant au passage l’être humain à ce culte abject (voyez comme il est devenu bien plus « grave » de nos jours de jeter un papier dans la rue que de commettre un péché mortel !)

– En 2006, le marane Ratzinger recevait tout frétillant au Vatican l’illuminati (et « juif », évidemment) Henry Kissinger. (6)

cd08b7– Le 6 novembre 2009, le président kazakh, en visite au Vatican, offrait à Ratzinger-Benoît XVI une maquette de sa fameuse pyramide d’Astana, alias « palais de la paix et de la concorde » .

– Le 12 septembre 2011, l’apostat Ratzinger, à l’occasion d’un « congrès des religions » se tenant cette fois-ci en Allemagne, faisait une déclaration contenant plusieurs affirmations et « enseignements » scandaleux et hérétiques. En particulier, il affirmait que l’Eglise Catholique ne détenait pas la Vérité : « le christianisme aussi a donné lieu à  des déformations de l’image de Dieu  qui ont détruit la paix entre les hommes » et que ladite Vérité était entièrement relative (donc inexistante, en réalité) : « A côté de ce partage de la vie de la planète, les religions ont un rôle spécifique, celui de favoriser la rencontre avec Dieu , mais si au contraire elles prétendent  en avoir la propriété , elles deviennent une menace pour  la paix « . Texte intégral ici.

Or qu’est-ce que cette « paix » qui se fait SANS le Christ, EN-DEHORS du Christ, et dans le REFUS du Christ ? La « paix » de l’ antéchrist, évidemment.

– Selon le blog de Maurice Pinay, le président du Kazakhstan aurait ouvert le congrès de juillet 2009 (dont le thème était « Le rôle des chefs religieux dans la construction d’un monde tolérant, à l’âge de la mondialisation ») en déclarant :  « La crise actuelle offre une opportunité unique de réaliser le rêve d’un nouvel ordre mondial. »

Au moins, c’est clair.

 

 *****

 

Notes :

(1) Si je la dis « prétendue », c’est parce que la religion juive véritable a disparu à l’avènement du Christ Jésus, ou s’est transformée, si on veut le dire ainsi, en la religion catholique. Les prétendus juifs contemporains sont en fait les adeptes d’une religion inventée CONTRE le Christ, par haine du Christ et des Chrétiens : en ce sens, leur pseudo-religion qu’ils appellent « juive » est ontologiquement et étymologiquement ANTI-christique. Certains font remonter cette religion luciférienne aux « mystères » antiques du satanisme babylonien. Ayant fort peu de connaissances en la matière, je ne pousserai pas l’idée plus avant. Les « juifs » contemporains peuvent bien d’ailleurs prétendre posséder un sacerdoce héréditaire : en réalité, et quoi qu’il en soit de leurs origines, leurs ancêtres ont été exterminés avec leur temple par Titus en 70 de notre ère, et leur « hérédité sacerdotale » a complètement disparu, ce qui avait été annoncé par Notre Seigneur lors de Sa Passion.

(2) Lire  à ce sujet La F.M. « régulière » est-elle une maçonnerie des « croyants »?  et le Cahier Barruel n° 19, à la page 44.

(3) plus de détails ici : http://resistance-catholique.org/

(4) une lecture brève et intéressante sur ce sujet, ici.

(5) Harold Wallace Rosenthal, bras droit du sénateur américain Jacob Javits, fit cette déclaration au journaliste Walter White, lors d’une interview tout à fait officielle publiée des années plus tard sous le titre « La Tyrannie Cachée ». On peut en lire des passages en anglais, ici.

(6) Concernant la judéité avérée de Ratzinger, on peut lire ceci avec profit.

Publicités
Cet article, publié dans Mondialisme, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.