Astana, kézaco ? (1)

Cela fait longtemps que j’ai envie d’écrire un peu sur Astana. Je n’apprendrai peut-être rien à ceux qui connaissent… quant aux autres, calez-vous bien dans votre fauteuil !

C’est parti…

 

Astana, quoi qu’est-ce ?
Eh bien c’est une ville. Une grosse ville, qui est actuellement la capitale du Kazakhstan. Vous verrez dans deux minutes pourquoi j’écris « actuellement ».

 

Tout d’abord, le Kazakhstan est un pays qui fait environ 4 fois la superficie de la France, et se situe entre la Russie et la Chine. Il est bordé à l’ouest par la mer Caspienne, et composé essentiellement de steppes. Le pays est très peu peuplé, avec grosso modo 18 millions d’habitants. On y parle russe (langue officielle) et kazakh, même si la majeure partie de la population est également  turcophone, en raison de l’invasion-colonisation islamique dont a été victime ce malheureux pays au IXème siècle (les invasions diverses ont d’ailleurs été son lot tout au long des siècles…). Pour la même raison, 70% des habitants sont mahométans sunnites. Le reste est principalement constitué d’hérétiques (dits « orthodoxes ») russes, de quelques juifs, d’une poignée de  bouddhistes et de quelques autres excentriques. Il y a eu quelques Catholiques immigrés, qui se réduisent de plus en plus.

Au cours des diverses invasions qu’il a dû subir, le Kazakhstan a fini par être rattaché à l’empire russe, puis annexé par l’URSS, et enfin « indépendant » en 1991 après la « chute » de l’URSS.

 Venons-en à la capitale.

Fontaine à Almaty

Fontaine à Almaty

Du temps de l’empire russe et de l’URSS, la capitale était Alma-Ata (nom signifiant « riche en pommes » car c’était une région de production de…pommes), ville située à l’extrême sud-est du pays.

 

 

 

Tselinograd en 1978

Tselinograd en 1978

En 1994  le président de la république du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a décidé que la capitale serait désormais Akmola (ou Akmolinsk, qui signifie « tombeau blanc »). Akmola est située beaucoup plus haut à l’intérieur des terres, dans la moitié nord du pays. Pendant la période soviétique, entre 1961 et 1991, Akmola s’était  appelée Tselinograd (ville des terres vierges).

Cependant, en 1998, la ville d’Akmola (devenue capitale, donc : vous suivez ou quoi ?) est soudainement rebaptisée en ASTANA. Astana en langue Kazakh signifie « capitale ». Je veux bien…mais c’est aussi une anagramme de SATANA, détail qui pourrait avoir un sens, comme on va le voir.

Place de Tselinograd, 1978

Place de Tselinograd, 1978

Je résume :

  • ancienne capitale, au sud : Alma-Ata.
  • nouvelle capitale, beaucoup plus au nord : Akmola=Akmolinsk=Tselinograd devenue Astana.

 

 

Comme on voit sur les photos, il fallait bâtir une ville, qui plus est une capitale, à partir de…rien. C’est maintenant qu’il faut attacher vos ceintures : on décolle.

Grâce aux pétro-dollars qui coulent à flots (j’ai oublié de dire que le Kazakhstan n’est qu’un immense puits de pétrole…), « ils » en ont fait CECI :

Khan Shatyr : centre de loisirs climatisé, de la taille de 10 terrains de foot...

Khan Shatyr : centre de loisirs climatisé, de la taille de 10 terrains de foot…

La suite de cet article, ici.

Publicités
Cet article, publié dans Mondialisme, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.