L’Eglise de Jean ou le « triomphe » du luciféranisme

D’un excellent opuscule de 48 pages, dont je recommande vivement la lecture.
Les incises en bleu sont de moi.

Téléchargeable au format pdf ici, chez les ACRF

*********

LE RÈGNE DE LA SÉDUCTION – L’EGLISE DE JEAN CONTRE L’EGLISE DE PIERRE

On parle beaucoup à notre époque des « signes des temps ». Il en est un qui prend assurément un singulier relief : celui de la séduction diabolique au sein de l’Eglise catholique. Bossuet a eu ce mot révélateur : – « Je regarde donc dans l’Eglise deux sortes de persécutions, la première en son commencement et sous l’empire romain où la violence devait prévaloir, la seconde à la fin des siècles où ce sera le REGNE DE LA SEDUCTION« .
L’Evangile des derniers temps a bien en effet annoncé ce règne lorsqu’ il a dit : « …il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes, qui feront de grands signes et des prodiges au point de séduire, s’il était possible, même les élus ». (Matt.XXIV , 24)

[L’esprit de Satan] souffle une « Pentecôte » qui se laisse prendre pour un renouvellement de la véritable Pentecôte!

Deux grands-prêtres de l'église de Jean...défense de rire !

Deux grands-prêtres de l’église de Jean…défense de rire !

Cette église a un nom : c’est l’Eglise de Jean, c’est-à-dire la Contre-Eglise luciférienne. Telle une liane, elle s’agrippe à l’Eglise de Pierre, la véritable Eglise, la cerne de ses sarments innombrables, l’enserre, avide de l’étouffer.

[cliquez sur la photo des deux guignols à gauche pour en savoir plus]

Evoquons cette église ennemie : L’Eglise de Jean, c’est non pas Dieu en premier, mais l’homme ; non pas la Transcendance divine, mais l’immanence; non pas la Foi, mais l’expérimentation sensible, le merveilleux, les »charismes » (démocratiquement assurés à tous); non pas le dogme, mais la « révélation » intérieure, le subjectivisme, le prophétisme, l’illuminisme; non pas le sacrement institué, mais une autre forme de sacrement branché sur un courant démoniaque; non pas l’Eucharistie-Sacrifice (d’où l’acharnement contre la Messe de Saint Pie V), mais l’Eucharistie-repas, l’Eucharistie-spectacle, l’Eucharistie-fête ; non pas le sacerdoce ministériel, mais le caractère sacerdotal de chaque fidèle ; non pas l’Eglise à la fois hiérarchique et charismatique, mais l’Eglise uniquement charismatique ; non pas le Pape, mais une assemblée synodale paralysante ; non pas les Evêques, mais une collégialité étouffante ; non pas les curés, mais des assemblées presbytérales ; non pas la hiérarchie officielle, mais des commissions, des comités, etc… etc.. qui forment un gouvernement parallèle ; non pas l’Eglise catholique romaine mais l’Eglise universelle unissant tous les cultes rendus aux dieux du ciel et de l’enfer ; bref ce que René Guénon  appellerait une Eglise « intégrale » !

Comprenons alors pourquoi, en notre temps d’embrasement par les feux du « Paraclet » [= Lucifer en réalité] , on nous parle autant « d’amour » : « On trompera le peuple au NOM DE L’AMOUR, d’UN AMOUR QUI N’EST PAS LA CHARITE THÉOLOGALE, mais qui lui emprunte son nom. (Pierre Virion « Mystère d’Iniquité » p.146)

[…]

Ce moyen [d’entrer dans l’univers luciférien] est celui de l’initiation appelée « le sacrement du diable » : celle-ci se donne au cours d’une cérémonie qui se déroule en présence d’un « guide », relié à toute la tradition luciférienne et en possession de « pouvoirs sur le monde », par le moyen d’un « rite » qui transmet une « influence spirituelle » (sorte de « grâce » diabolique), porteuse d’une efficacité automatique accordée en échange de l’emprise de Satan-Lucifer sur l’âme captive en ses filets. On donne aussi a cette cérémonie le nom de « seuil initiatique ».
Ainsi de seuil en seuil, de grade en grade, se gravissent les étapes de l’initiation conduisant à la possession démoniaque et par là au règne de Satan sur l’univers.

[…]

Comment passe-t-on dans l’univers occulte de l’Eglise de Jean, tout en restant [en apparence !] dans l’Eglise de Pierre ?

Deux moyens apparaissent nettement :

A) la mini-initiation et la séduction des illuminismes soufflés par « l’Esprit » [trois grands « types » : l’abaissement au sensible, exemple-type : le « renouveau charismatique », le « faux victimat », la dépravation sexuelle : fausses mystiques lucifériennes de type tantrisme, comme la « jamaa », voir note de fin]

B) l’emprise et la séduction des fausses apparitions et révélations « mariales » [fausses révélations privées : Soeur Faustine, Maria Valtorta, Mouvement marial de Don Gobbi, etc, et fausses apparitions : Garabandal, Medjugorje, San Damiano, etc.]

[…]

CARACTERES COMMUNS AUX MYSTIQUES OCCULTES

Nous retiendrons un ensemble de caractères communs aux mystiques occultes qui
« hantent » l’Eglise de Pierre :

a) La Séduction
Pour capter les âmes en ses filets, Satan appelle non à la discussion, mais à la communion, et pour cela il use d’un moyen extrêmement puissant : la fascination. Comme le dit si bien J.M. Jourdan : « L’oiseau est pris des que ses yeux ont dialogué avec ceux du reptile ». (cité dans « L’Eglise Occultée » p.79).

b) L’Emprise
C’est à coup sûr cette mainmise sur les personnes qui permet d’expliquer comment elles tombent si facilement dans les pièges tendus par l’Ennemi, et cela en dépit d’un ensemble d’absurdités qu’un esprit dégagé de toute contrainte ne peut pas ne pas remarquer. « A un hésitant, un initiateur très connu disait : « Faites le pas et vous verrez » (Pere Catry).
Celui qui a fait le pas « voit » en effet, mais son regard n’est plus le même, il s’ouvre sur un univers autre que celui du Vrai, du Bien, du Beau !

c)  Le Senti
Ce que veut le Démon, c’est faire quitter à l’âme par lui convoitée, le sentier étroit mais sûr de la Foi catholique, pour l’engager dans une voie spacieuse où la foi se fait intuition, sentiment, expérience intime. On est alors en pleine religiosité. Il ne s’agit plus de « savoir » pour croire mais de « sentir ».

[…]
Bien sûr il ne s’agit pas pour autant de ne pas « goûter » Dieu, de ne pas Le « savourer », de ne pas « jouir » de Lui dans l’exercice même des grandes vertus de Foi, d’Espérance et de Charité. Mais la véritable « saveur » relative aux « choses de Dieu » vient, comme le dit saint Jean de la Croix « de la substance, c’est une saveur spirituelle ». (« Le Cantique Spirituel » – Strophe seizième).

Satan veut que les âmes se laissent prendre par les sens inférieurs. Dieu veut élever ces âmes jusqu’a Lui en éveillant en elles et en développant le sens spirituel qu’il a lui-même mis au plus profond d’elles et qui les rend capables de Le goûter.

d)  Le Merveilleux
Les mystiques occultes foisonnent de faits charismatiques : apparitions, visions, locutions, effluves parfumées, dons de voyance, de prophétie, de guérison, de glossolalie, de xénoglossie… Tout ce merveilleux passe pour manifester une « presque sainteté ».

e)  La Surenchère
Pour séduire, le Démon se fait plus dieu que Dieu, et présente ses appâts avec une surenchère qui leur assure une efficacité prodigieuse. Prenons comme exemple la « confirmation » et le « baptême de l’Esprit » dans le Pentecôtisme. On peut dire de celui-ci qu’il est une surenchère de la Confirmation. Pourquoi en effet, après la réception de ce Sacrement, avoir recours à un nouveau rite d’effusion de l’Esprit ? Les « Sept dons » de l’Esprit-Saint ne suffisent donc pas à l’âme ? Il lui faut bien plus et bien mieux ! Tout le Pentecôtisme est vicié par cette surenchère de base.

f)  La commune référence à la Vierge Marie

Une "voyante" de Garabandal en crise d'hystérie ou de possession démoniaque...au choix.

Une « voyante » de Garabandal en crise d’hystérie ou de possession démoniaque…au choix.

Nous avons vu précédemment qu’une fausse Vierge qui se fait appeler Marie aime en notre temps se trémousser de mille et une manières [et jacasser comme une pie, comme à Garabandal par exemple] : il ne faut donc pas prendre nécessairement comme un critère de vérité une spéciale « référence à la Vierge Marie ».

LA REVOLUTION LUCIFERIENNE

Pour comprendre le sens diabolique de ce terme, il suffit de se reporter au texte de l’Ordre du Temple de l’Orient, écrit il y a plus de soixante ans, et cité plus largement dans « L’Eglise Occultée » : « Nous voulons reconstituer dans la pureté et sa moralité primitive, tout ce qui est stigmatisé aujourd’hui d’ « immoral » ou de « péché », nous voulons l’élever à nouveau à son rang de sainteté, en nous basant sur l’ancienne conception, rétablie qu’aux organes sexuels appartient la sainteté, et qu’ils sont dignes d’adoration. Nous voulons édifier la doctrine nouvelle, nous souvenant de la parole de Manès : « Seul celui qui a compris la sainteté des organes divins est libre en vérité, et délivré de tous les péchés. « La vraie liberté, c’est la délivrance du Péché originel ».

Ainsi l’union des sexes (qu’elle se réalise normalement ou à la manière spirite de la « Jamaa » avec incubes et succubes) est considérée dans la mystique de la régénération luciférienne comme le plus haut sommet de la vie spirituelle : d’où le débordement de l’érotisme dans le monde. [et, ajouterai-je en 2014, le flot sans cesse montant de toutes les turpitudes contre-nature et des pires dépravations, glorifiées et institutionnalisées !]

LE BUT

Tout ce qui précède s’insère évidemment dans le grand plan diabolique de destruction de l’Eglise catholique et d’établissement d’un « Ordre Nouveau », l’ordre luciférien, sous un gouvernement mondial exercé par des Illuminés possédés par le Démon.
Dans son livre « Mystère d’Iniquité » Virion parle à propos du Chanoine apostat Roca, d’un assaut contre l’Eglise du Christ :
« Roca tout proche des « Mages » (= très hauts initiés) faisait allusion aux redoutables secrets (…) sur un futur assaut dirigé contre l’Eglise romaine en même temps que la prise en main des nations par les hautes sociétés secrètes pour l’instauration du « Nouvel Ordre du Monde ». (p.34)

L’œcuménisme luciférien vise à établir une Eglise universelle dans laquelle l’Eglise catholique doit s’aligner au niveau des autres religions.

« Afin de réaliser le « Nouvel Ordre du Monde », précise Virion, il faut briser, il faut détruire ce qui reste de civilisation chrétienne.  » (« Mystère d’Iniquité »)

Tout l’enfer est a l’œuvre pour l’établissement du Nouvel Ordre du monde, de l’Ordre luciférien du monde, inversion d’une mondiale chrétienté : « Quand l’intérêt de l’enfer l’exige, les démons savent s’unir, s’aider, former des alliances monstrueuses et redoutables ». (Vie de M.TH. Noblet par le Père A. Pineau M.S.C.).

On comprend aisément que des Papes aient donné aux chrétiens de sérieux avertissements relatifs à la Franc-Maçonnerie universelle (= la Contre-Eglise). Il était urgent en effet d’entraver le plan de Satan voulant faire de l’Eglise catholique romaine, son Ennemie, une obédience maçonnique. De tels avertissements sont plus que jamais actuels, car « nous en sommes à la plus formidable des guerres de religion, mais qui ne veut pas se nommer ». (Pierre Virion « Mystère d’Iniquité »).

Quand on saisit le déploiement des illuminismes séducteurs et destructeurs de la Foi, et que par ailleurs on mesure les attaques de la subversion maçonnique contre la doctrine de l’Eglise, contre les dogmes, contre la morale, contre les sacrements, contre le Sacerdoce, contre la virginité, contre la Messe et toute la Liturgie, et que l’on constate la terrible inversion qui substitue au Culte de Dieu le culte de l’homme, on peut tout de même se demander si nous ne vivons pas les « derniers temps », « les temps antéchristiques ». [« tout de même », oui]

Si nous regardons l’Evangile qui nous parle de ces temps, que voyons-nous ? la « grande tribulation », les persécutions, les trahisons, les haines, les scandales, les faux-prophètes, les faux-messies, les fausses séductions par signes et prodiges éclatants, le débordement d’iniquité, le dépérissement de la Foi, l’apostasie, le refroidissement de la charité, bref
« l’abomination de la désolation ».
Nous avons tout cela et à forte dose !!! Aussi ne peut-on s’empêcher de penser au mot si triste de Jésus : « Le Fils de l’Homme quand Il reviendra, trouvera-t-Il encore la foi sur la terre ? »

Ecoutons maintenant ce que nous dit Saint Paul des temps antéchristiques :
« L’Esprit dit expressément que dans les derniers temps, certains renieront la roi pour s’attacher à des esprits trompeurs et à des doctrines diaboliques, séduits par des menteurs hypocrites marqués au fer rouge dans leur conscience ». (I Tim. IV , 1-2).

Nous avons précédemment parlé de la fausse séduction qui est parmi les facéties de Satan, la moins facilement décelable.

Continuons Saint Paul :
« Sa venue à lui, l’Impie, aura été marquée, par l’influence de Satan, de toute espèce d’œuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers, comme de toutes les tromperies du mal…  » (II Thess, XI , 9).
Les manifestations charismatiques, y compris les fausses apparitions et révélations mariales, toutes de séduction, foisonnent d’œuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers !

Saint Paul dit encore :
« Sache bien… que dans les derniers jours, surviendront des moments difficiles. Les hommes, en effet, seront…plus amis de la volupté que de Dieu, ayant les apparences de la piété, mais reniant ce qui en est la force ». (II Tim. III , 1-5).
Il est bien certain que dans le Pentecôtisme et autres mouvements charismatiques, le désir d’expérimenter sensiblement et automatiquement l’Esprit-Saint, relève de la volupté, non de la Foi. Aussi en résulte-t-il que les apparences de la piété prennent le pas sur la vraie piété qui est à base de foi entraînant l’espérance et l’amour.

"La civilisation de l'amour" de Lucifer, annoncée par l'un de ses suppôts...

« La civilisation de l’amour » de Lucifer, annoncée par l’un de ses suppôts…

Il est, à propos des temps antéchristiques, un aspect particulièrement important que l’on peut considérer comme une marque essentielle de ces temps-là : c’est ce qui se fait appeler la venue de l’Esprit, la Nouvelle Pentecôte, l’Heure du Paraclet, la Troisième heure, le Règne du Saint-Esprit, etc…
Nous avons au cours de ce texte évoqué cette « Pentecôte » venue tout droit de l’enfer.

[les textes lucifériens indiquent clairement]  la succession des événements des temps antéchristiques : la « Pentecôte » de l’Esprit de Satan et ensuite la venue de l’Antéchrist (sous le nom de Jésus).

LA VENUE DE L’ANTECHRIST

Nous avons vu que les signes de l’approche ou de l’arrivée d’un tel [personnage], ne manquent pas. On parle aussi de trois signes particulièrement révélateurs de cette épiphanie de l’enfer : les torrents de sang, l’idolâtrie du sexe, le progrès scientifique au profit de la puissance maléfique. De tels signes ne sont certes pas absents de notre monde en folie !

Il est bien certain que l’Antéchrist représente le point oméga de toute l’évolution des mystiques lucifériennes.

Tout ce que nous avons vu dans cet ouvrage et qui va dans le sens de l’Église charismatique de Jean, constitue à sa manière « la pure doctrine de Lucifer » [expression d’Albert Pike]. L’Eglise de Pierre ne doit plus être là que pour servir de revêtement cultuel à l’Eglise luciférienne de Jean.

Et parler de « la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer », c’est en même temps supposer pour cette opération de mondiale d’envergure la présence de l’Antéchrist.
En sommes-nous si loin ? Rappelons-nous la première allocution du Saint Pape Pie X en 1903 : « La perversion générale est d’une telle gravité qu’il y a lieu de craindre que nous vivions un avant goût et les débuts de ces maux qui doivent arriver à la fin des temps et, que le Fils de Perdition dont parle l’Apôtre, soit déjà arrivé sur terre ». (cité par « Forts dans la Foi » n° 47).

Cette « perversion générale » s’est étendue au point d’entraîner un aveuglement spirituel presque général. Un tel aveuglement doit avoir pour conséquence inéluctable de ne pas permettre de « reconnaître » l’Antéchrist (et ses suppôts).

Celui-ci en effet, dit le R.P. Coleridge, « …sera ce qu’il est et aura le succès qu’il doit avoir, principalement à cause de la disposition de la génération à laquelle il s’adressera. Il sera le produit de son temps, l’homme de l’époque, l’expression personnelle et le résultat, le résumé des caractéristiques dominantes et des tendances et des goûts et des idées de cette génération. S’il nous est permis de plagier les paroles divines, « il viendra parmi les siens, et les siens seront heureux de le recevoir ».

********

Note sur la « jamaa » :  il s’agit d’une secte d’essence luciférienne fondée en 1949 au Zaïre par un prêtre belge, le Père Tempels. Elle s’apparente beaucoup à de la « magie sexuelle », telle que prônée et pratiquée par les grands satanistes du type A. Crowley, mais elle est basée sur les phénomènes démoniaques d’incubat et de succubat.

Au cours de leur « initiation », les adeptes se livrent « au Christ » (pour les femmes) ou à « la Vierge » (pour les hommes), et ont ensuite des espèces de relations charnelles avec eux, enfin plus exactement avec les démons se faisant passer pour eux.

Les auteurs de l’article disent clairement à ce sujet : « En un mot, il s’agit du concubinage avec les démons qui se présentent visiblement ou non comme incubes ou comme succubes »

Publicités
Cet article, publié dans Ennemis de Dieu, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.