Théorie du genre à l’école…ça bouge un peu

Il était temps…depuis le temps qu’on crie, qu’on alerte.

Je pense  de plus en plus qu’il est criminel de laisser ses enfants à l’école de la ripoublique.

Elle en a toujours fait des athées.

Depuis au moins 20 ans elle en faisait des abrutis.

Depuis environ 7 ou 8 ans, des dépravés (« l’éducation sexuelle », vous trouvez ça normal ? Et vous avez vu les livres de biologie de 4ème !?? Moi oui.)

A présent, au programme : destruction totale de la personne humaine.

But plus ou moins avoué : en faire de la bonne viande pour pédocriminel ?

Voici deux petits articles trouvés sur média-presse, qui montrent, qu’ENFIN, quelques personnes bougent. C’est pas trop tôt, non ?

A NANTES :

Des parents d’élèves de la crèche Nouvelle Vague à Nantes ont averti les autres parents : la directrice a lu à leurs enfants Jean a deux mamans, un livre de propagande LGBT. L’alerte s’est répandue sur les réseaux sociaux.

Farida Belghoul (JRE) et Alain Escada (Civitas) ne cessent de dénoncer à travers toute la France cette idéologie sournoise que l’on enseigne dès l’école maternelle à nos enfants, livres « jeunesse» subversifs à l’appui.

La vigilance commence à s’organiser et des initiatives sont prises ici et là pour épurer les bibliothèques municipales, un mot d’ordre que Civitas répète depuis trois ans déjà et qui commence à porter des fruits. Ce qui entraîne un vent de panique dans le landernau politique à l’approche des élections municipales.

A TOURS :

Un peu partout en France, s’est installée une vigilance à l’égard de l’idéologie du genre et des cours d’éducation sexuelle ou encore des activités « culturelles » proposées dans le cadre scolaire.

A Tours, le lycée Grandmont a annulé la représentation scolaire du spectacle Quand même !, programmée le 13 février dernier. La polémique avait enflé avec l’affiche du spectacle : une reproduction de L’Origine du monde, ce tableau pornographique de Gustave Courbet, avec un bandeau noir masquant le sexe de femme.

Or, les parents avaient déjà eu connaissance d’un atelier de lutte contre le sexisme mené avec des élèves de 4e.

Le spectacle annulé (« reporté » selon le directeur de l’établissement scolaire) est une création de la compagnie Interligne et devait aborder des questions liées à la religion, au sexe et au genre. La même compagnie Interligne était déjà intervenue au collège Rameau dans le cadre d’un « projet de sensibilisation aux stéréotypes fille-garçon ». Toujours le même baratin…

La comédienne Emmanuelle Trégnier a tenu des propos révélateurs : « Notre spectacle est militant mais il est pour tout public, et qu’il ait été déprogrammé sans qu’on sache d’où viennent exactement les pressions rend très difficile de les combattre». Et la comédienne de la compagnie Interligne de se prétendre choquée par « le climat actuel mettant à mal les principes de libertés de pensée et d’expression au sein des écoles, des médiathèques, des théâtres… ».

Cette Emmanuelle Trégnier va-t-elle finir par se rendre compte que ce n’est pas à elle de se prétendre choquée ? Ce sont les parents qui sont en droit d’être choqués et de manifester leur mécontentement.

En Touraine comme ailleurs, les projections du film Tomboy (2011), de Céline Sciamma, organisées dans le cadre du programme « Ecole et cinéma » en cycle 3 (CE2-CM1-CM2), font également l’objet d’une critique croissante. Ici encore, parents, continuez à protester !

Source : http://medias-presse.info/lopposition-a-la-theorie-du-genre-se-propage-dans-les-etablissements-scolaires-de-touraine/6497

Publicités
Cet article, publié dans Education, Ennemis de Dieu, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.