Future génuflexion du pape (?) au pied du mur des lamentations ?

Excellent article lu sur Eschaton :

Selon toute vraisemblance le voyage de pape François en terre sainte devrait être l’occasion pour lui, qui a tant de peine à fléchir les genoux devant l’autel, de retrouver en partie sa souplesse devant le mur des lamentations et le mémorial de l’Holocauste de Yad Vachem.

Depuis Vatican II, l’enseignement catholique a été intégralement subverti à l’égard du talmudisme, nous le savons.

De tout temps l’Eglise a été la plus grande protectrice des juifs, mais jamais cela ne l’a empêché de dire son fait au talmudisme et de dénoncer ceux qui agissent fidèlement aux prescriptions du talmud. Elle a toujours su distinguer l’attaque des personnes et celle de l’idéologie, ce que fait exactement un Dieudonné de nos jours, par exemple. Je vous épargnerai ici les passages les plus virulents des bulles des papes qui expriment très clairement que le judaïsme post-chrétien est considéré par l’enseignement constant de l’Eglise comme étant extrêmement nuisible et d’essence satanique. Je me contenterai donc de reproduire ici le seul nom de certaines bulles ( suffisamment explicite) des papes qui traitent de cette question, de faire quelques citations ou d’en résumer le contenu.
Impia judroum perfida (Innocent IV, 1244); Dudum Felicis (Jean XXII, 1320) qui développe la théologie de malédiction et de la réprobation du judaïsme et de ses adeptes, victimes à travers les siècles du châtiment divin pour leur infidélité; Cum nimis absurdum ( Paul IV, 1555) ; Dudum a felicis (Pie IV, 1566) ; Hebraeorum gens (St Pie V, 1569)): «Ils ( les adepte du judaïsme post-chrétien) conduisent aux tromperies de Satan de très nombreuses personnes imprudentes et faibles. » , Antiqua judeorum (Grégoire XIII, 1581) qui fait état du complot permanent des adeptes du judaïsme contre le Christ et les chrétiens ; Caeca et obturata (Clément VIII , 1593) etc…

A tout cela a succédé l’idée que ceux qui professent le talmudisme sont nos « pères dans la foi »(Benoît XVI), de parfaits compagnons de route en vue de l’édification de la grande fraternité humaine et patati et patata. Souvent il a été argué, pour justifier ce virage à 180 degrés, que les talmudistes avaient expurgé leur talmud, supprimant tous les passages blasphématoires, hostiles aux chrétiens, que ces versions anciennes du talmud n’avait plus cours dans les études talmudiques etc. Or tout cela ne tient pas la route deux secondes. Pour s’en convaincre il suffit de se reporter à ce qu’explique le rabbin Ron Von Raya, qui n’est de loin pas un rabbin appartenant à l’aile la plus extrémiste du talmudisme. Dans un échange qu’il a eu avec un interlocuteur, il reconnaît sans détour, que le talmud non-censuré doit être privilégié dans les études, en tout cas en ce qui concerne la personne de Jésus-Christ. Il écrit : « Cet homme n’a pas été tué parce qu’il se prenait pour un Machia’h, et d’après nos sources (Sanhédrin page 43a, dans les versions non-censurées du Talmud) il a fait de la sorcellerie, il était méssid oumédia’h, c’est-à-dire qu’il a voulu pousser les juifs à quitter la Torah et à pratiquer l’idolâtrie.

Encore d’après nos sources (Sanhédrin page 107b), il regardait les femmes et a pratiqué l’idolâtrie en se prosternant devant une brique en la considérant comme représentation d’une divinité.

Donc ne prenez pas en compte ce que racontent les historiens occidentaux sur cet homme, car ce sont certainement des inventions tardives, mieux vaut compter sur nos sources historiques. »

La violence de tels propos à l’égard de la foi catholique n’a rien d’exceptionnel. Encore une fois, par rapport aux propos d’autres rabbins elle est plutôt modérée. N’est-ce pas là la démonstration la plus éclatante que rien ne peut justifier le débordement de bienveillance dont font preuve les autorités romaines depuis des décennies à l’égard du talmudisme ?

Publicités
Cet article, publié dans Doctrine, Ennemis de Dieu, Mondialisme, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.