Le libéral dans son auguste splendeur…

ou une ravissante description du libéral ou plus exactement du moins excité d’entre cette funeste race, par Don Sarda y salvani dans son ouvrage magistral : Le libéralisme est un péché.

« Ce brave homme raisonne, parle et agit comme un libéral sans qu’il s’en doute. Son fort c’est la charité, il est la charité même. De quelle horreur il est rempli pour les exagérations de la presse ultramontaine ! Traiter de méchant l’homme qui répand de mauvaises idées, c’est aux yeux de ce singulier théologien pécher contre le Saint-Esprit. Pour lui il n’y a que des égarés. On ne doit ni résister ni combattre ; ce qu’il faut sans cesse s’efforcer de faire, c’est d’attirer. Étouffer le mal sous l’abondance du bien, c’est sa formule favorite, lue un jour par hasard dans Balmès, et la seule chose qu’il ait retenue du grand philosophe catalan. De l’Évangile, il cite seulement les textes à saveur de sucre et de miel. Les effrayantes invectives contre le pharisaïsme lui font, on le dirait, l’effet de bizarreries et d’excès de langage chez le divin Sauveur. Ce qui ne l’empêche pas de s’en servir fort bien lui-même, et très durement, contre ces agaçants ultramontains qui compromettent chaque jour par leur défaut de mesure la cause d’une religion toute de paix et d’amour.

Contre eux, ce teinté de libéralisme d’ordinaire si doux se montre acerbe et violent.

Contre eux son zèle est amer, sa polémique est aigre, sa charité agressive. C’est à lui que s’adressait le Père Félix, dans un discours célèbre où, à propos des accusations dont l’éminent Louis Veuillot était l’objet, il s’écriait :

« Messieurs, aimons et respectons jusques à nos amis ». Mais non, notre homme à teinte libérale n’agit pas de la sorte. Il garde tous les trésors de sa tolérance et de sa charité pour les ennemis jurés de sa foi ! Quoi de plus naturel, le pauvre homme ne veut-il pas les attirer ? En échange, par exemple, il n’a que sarcasmes et cruelle intolérance pour les plus héroïques défenseurs de cette même foi. »

En quoi consiste probablement l’essence ou la raison intrinsèque du catholicisme libéral.

Si l’on considère l’intime essence du libéralisme dit catholique, ou, pour parler plus vulgairement, du catholicisme libéral, on voit que, selon toute probabilité, elle est due uniquement à une fausse interprétation de l’acte de foi.

Les catholiques libéraux, si l’on en juge par leurs explications, font résider tout le motif de leur foi, non dans l’autorité de Dieu infiniment vrai et infaillible qui a daigné nous révéler le seul chemin qui peut nous conduire à la béatitude surnaturelle, mais dans la libre appréciation du jugement individuel, estimant telle croyance meilleure que toute autre. Ils ne veulent pas reconnaître le magistère de l’Église comme le seul qui soit autorisé par Dieu à proposer aux fidèles la doctrine révélée et à en déterminer le véritable sens. Bien au contraire, se faisant juges de la doctrine, ils en admettent ce qui leur paraît bon, et se réservent le droit de croire le contraire, toutes les fois que d’apparentes raisons leur sembleront démontrer faux aujourd’hui ce qui leur avait paru vrai hier. 
Pour réfuter cette prétention il suffit de connaître la doctrine fondamentale de fide, exposée sur cette matière par le saint concile Vatican I. 

Au demeurant, les catholiques libéraux s’intitulent catholiques, parce qu’ils croient fermement que le catholicisme est la véritable révélation du Fils de Dieu ; mais ils s’intitulent catholiques-libéraux ou catholiques-libres, parce qu’ils jugent que ce qu’ils croient ne peut être imposé à eux-mêmes et à personne pour aucun motif supérieur à celui de leur libre appréciation. De telle sorte que, à leur insu, le diable a malicieusement substitué en eux le principe naturaliste du libre examen au principe surnaturel de la foi ; d’où il résulte que tout en se figurant avoir la foi des vérités chrétiennes, ils ne l’ont pas, et qu’ils en ont seulement une simple conviction humaine : ce qui est tout différent. 

Il suit de là que, selon eux, leur intelligence étant libre de croire ou de ne pas croire, il en est de même de celle d’autrui. Ils ne voient pas dans l’incrédulité un vice, une infirmité ou un aveuglement volontaire de l’entendement et plus encore du cœur, mais un acte licite, émanant du for intérieur de chacun, aussi maître en ce cas de croire que de nier. Leur horreur de toute pression extérieure physique ou morale, qui prévienne ou châtie l’hérésie découle de cette doctrine, et produit chez eux la haine de toute législation franchement catholique. De là aussi, le respect profond avec lequel ils veulent qu’on traite toujours les convictions d’autrui, même les plus opposées à la vérité révélée, car, pour eux, les plus erronées sont aussi sacrées que les plus vraies, puisque toutes naissent d’un même principe également sacré : la liberté intellectuelle. C’est ainsi que l’on érige en dogme ce qui s’appelle tolérance, et que l’on édicte à l’usage de la polémique catholique un nouveau code de lois, que ne connurent jamais aux temps passés les grands polémistes du catholicisme.

Publicités
Cet article, publié dans Doctrine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.